• Compte tenu de cas récents de poses violentes, les collectifs nantais se mobilisent pour aider des personnes vulnérables. Voici leur communiqué.

    -:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-

    Communiqué

    (Pour info : courriel envoyé à la Présidente de Nantes Métropole)

     

    La société Enedis SA, dite de « service public », a choisi un sous-traitant privé, OTI France, pour poser des capteurs Linky dans le périmètre de Nantes Métropole.

    Des témoignages nous parviennent sur les comportements inqualifiables d’Oti France à l’encontre de ceux qui refusent le Linky, et particulièrement de personnes âgées, faibles et malades.

    Un Monsieur de 80 ans à Orvault, qui avait protégé son compteur et signifié légalement à Enedis son refus du capteur à système intrusif domestique CPL (qui pose des problèmes sanitaires pour beaucoup trop de personnes dans le pays car les installations électriques ne sont pas du tout prévues pour cela), s’est vu privé brutalement d’électricité et a assisté, sous ses yeux, à la fracture de sa protection et la pose du capteur.

    À Saint-Herblain, une dame âgée de 90 ans, qui avait aussi signifié légalement son refus à Enedis et protégé son compteur avec un papier très clair de refus apposé, a vu son coffret forcé, qui lui appartient, abîmé par un agent d’Otis, sans le moindre scrupule, pour une pose forcée sur un espace privé mais accessible. La coupure brutale d’électricité a déprogrammé les appareils de surveillance médicale de cette nonagénaire.

    D’autres témoignages nous parviennent qui sont tout aussi attristants.

    Ceci se passe dans Nantes Métropole en 2020, dans une municipalité qui vante « la démocratie participative » et la « co-construction », dans un pays qui se prétend « démocratique », sans que la Présidente de Nantes Métropole ne s’en offusque, ni pas grand monde, notamment du côté des médias.

    Car nous n’avons pas, à Nantes, cette chance d’être à Paris, à Tours, à La Rochelle, à Aix-en-Provence, à Bayonne, à Louveciennes ou à Saint-Denis.. dans un petit millier de communes soucieuses des problèmes très sérieux posés par le Linky à ses administrés – nous sommes dans une Métropole qui a abandonné complètement les citoyens face aux exactions de mercenaires commandités par Enedis, en toute impunité.

     

    Collectif Nantes1 anti-Linky

    Collectif 44 contre Linky

     

    Copies à Ouest-France, Presse Océan, Radio France Bleu, Médiacités Nantes, Médiapart, Le canard enchaîné, Reporterre


    8 commentaires
  • Rappelons ici les inconvénients du Linky (de façon succincte)

    LE LINKY, SES INCONVÉNIENTS ET SES RISQUES

     

     1 Le Linky n'est pas fiable

    Ce capteur, selon le mot de Philippe Monloubou l'ancien président d'Enedis, n'a pas la prétention d'être un véritable compteur de consommation électrique, par construction, Il n'est d'ailleurs pas homologué dans les règles, car selon le type des appareils en aval (simples résistances, inductances positives (bobines) ou négatives (condensateurs)) il aura des résultats différents. La petite puce de résistivité est loin de présenter la fiabilité des increvables disques des générations précédentes de vrais compteurs.

    Incidemment, sa durée de vie sera courte ne serait-ce qu'en raison de la pile soudée à l'intérieur (la pile assure la pérennité de certains réglages).

     

     2 Le Linky consomme de l'électricité

    En raison des composants à l'intérieur qui le transforment en ordinateur simple, il présente une consommation allant de environ 1 watt au repos, à 10 watts ou plus quand il émet. Or il émet presque toujours (en CPL), soit pour répondre aux ping de contrôle du concentrateur, soit pour retransmettre ces ping à des capteurs placés plus loin que lui du même concentrateur, soit pour transmettre les données (là, la consommation est au maximum).

    Il faut tenir aussi compte de la consommation du concentrateur, sur lequel sont branchés en général une cinquantaine de capteurs. Où est la prétention d'économie énergétique ?

     

     3  Le Linky n'est pas du tout écologique

    Le Linky comme de nombreux appareils actuels utilise des composants sophistiqués et peu recyclables, genre terres rares venant de lieux exotiques, et coupables à la fois de monstrueuses pollutions là où elles sont extraites, et de conditions de travail exécrables et dangereuses.

     

     4    Le Linky est dangereux

    A l'intérieur de ce petit boîtier fermé, coexistent courants forts (des dizaines d'ampères tout de même) et courants faibles, sans aucune séparation. Pas de boîtier d'éclatement. Seule protection, une sorte d'interrupteur télécommandable, sur une seule phase (on imagine si les deux fils sont inversés) est non protégé du reste. Le risque d'arcs électriques est grand ! C'est pourquoi un assureur, à l'occasion d'une conférence pluridisciplinaire,  n'a pas hésité à annoncer que, depuis le déploiement de cet appareil, les départs d'incendies domestiques d'origine électrique ont triplé dans les zones où il était installé. Ce n'est pas faute de précautions de la part d'Enedis pour cacher ce fait. C'est pourquoi désormais, ces mêmes assureurs confirment qu'ils refusent de comprendre l'électromagnétisme dans les risques garantis.

     

     5   Le Linky est un vecteur de données personnelles

    Bien que les dispositions communautaires l'interdisent, le Linky transmet sans autorisation de l'usager à une cadence réglée directement par Enedis les données concernant l'utilisation des appareils en aval, cadence permettant de tracer une véritable courbe de charge, sachant que chaque appareil a ses particularités reconnaissables. Comme cela a été prouvé par des spécialistes, il suffit de deux heures pour un hacker, pour prendre la main sur le capteur (la machine fonctionne sous Java) ; il sera possible soit de récupérer la courbe de charge, soit d'éteindre ou allumer les appareils du logement.

     

     6   Le Linky n'est pas bon pour la santé

    a ) à court terme il perturbe les électro-hypersensibles en raison des pulsations qui se surajoutent au 50 Hz des fils du logement (le CPL, le courant porteur en ligne, fonctionne dans les deux sens, vers le concentrateur, mais aussi vers le logement, voire les logements proches avec un peu de pertes). Pour certains la vie devient tout simplement insupportable.

    b ) à long terme, ces pulsations, qui ont jusqu'à 2 mètres de portée, fatiguent les cellules, et pourraient bien chez les plus jeunes causer à la longue des syndromes très divers et imprévisibles,  dans dix, vingt, trente ans : on se souvient du scandale de l'amiante !

     Ces inconvénients heurtent de front la Résolution 1815 de l'union européenne, qui parmi d'autres dispositions interdit les ondes pulsées dans les logements.

     

    Décidément, d'un bout à l'autre le Linky ne tient aucun compte du principe de précaution, ni de celui d'économie et de modération énergétique.

     

     


    votre commentaire
  • On parle un peu moins des Linky, désormais, dans les collectifs et associations fondés pour dénoncer les méfaits de l'électromagnétisme pulsé : un danger encore plus grand nous vient de l'arrivée de la 5G, cette nouvelle norme radio-électrique, dix à cent fois plus rapide que la 4G, et dangereuse dans la mesure où il s'agit d'ondes centimétriques, comme les fours à micro-ondes, mais pulsées, comme le Linky.

    Cependant la capacité "d'utilité" pour certains, de nuisances pour d'autres, du Linky reste entière. Cet appareil, qui sert accessoirement de compteur plus ou moins fiable, a la particularité de pouvoir recevoir des instructions à tout moment via les concentrateurs placés dans la rue. Parmi ces instructions, figure la possibilité de changer de prix du kilowatt à tout moment, selon l'état du trafic, selon l'heure, selon de très nombreux critères qui rendront les factures illisibles. Le même appareil pourra aussi refuser le démarrage d'un appareil énergivore aux heures de pointe, ou si l'usager est d'accord (paraît-il) de le couper en pleine charge.

    Parmi ces appareils énergivores figurent en très bonne place les véhicules électriques. Actuellement, une part importante, voire prépondérante du prix de l'essence à la pompe vient des taxes qui s'y ajoutent. En promouvant la voiture électrique, l'État allait-il se priver ainsi de ce revenu précieux :

    La principale taxe pesant sur la consommation de carburants est la TICPE. En 2020, elle est fixée, hors majorations régionales, à 0,6829 €/l pour le SP95, 0,6629 €/l pour le SP95-E10 et 0,594 €/l pour le gazole routier (montant gelé au niveau de 2018) : 60% du prix consiste en taxes. La TICPE est la quatrième recette de l'État. (cité sur Connaissance des Énergies)

    C'est pourquoi le Linky sera bien utile : en effet il saura, en interrogeant la voiture (oui, il sait le faire) que c'est une voiture, et il adaptera le tarif spécial voitures, comprenant la TICPE, même si pour le moment l'État s'en défend mollement. Il est vrai que, pour reconnaître une voiture, il faudra que le Linky soit équipé d'un petit boîtier, l'ERL (émetteur radio Linky) capable de dialoguer avec le réfrigérateur, la brosse à dents ou... la voiture ! Ce petit boîtier a déjà sa place DANS le Linky, une série de broches lui est destinée. Chez les personnes aux revenus précaires, il sera installé d'office et "gratuitement", alors que les autres devront le demander, et payer pour l'avoir. Sans doute faudra-t-il y passer, si comme c'est probable une augmentation du contrat pour autoriser plus de puissance débitée s'avère nécessaire.

    C'est bien pour cette raison que, changeant de nom, la TIPP (taxe intérieure sur les produits pétroliers) est devenue la TICPE (taxe intérieure de consommation des produits énergétiques). Cela permet de taxer AUSSI les recharges de véhicules électriques. Ainsi, au lieu d'une modération des consommations d'énergie, il faudra construire à vue de nez 6 ou 7 tranches de réacteurs nucléaires rien que pour les voitures, et 3 pour la gestion de ce qu'on appelle "l'Internet des objets".


    1 commentaire
  • Sur le site spécifique contre la 5G, ce matin nous avons écrit un article appelant à manifester le 25 à Nantes (il y a d'autres points de rassemblement comme à Saint Malo).

    Voici le lien de l'article :

    http://5gdesert.eklablog.com/5g-la-protestation-est-mondiale-a180424124

     


    votre commentaire
  • INCOHÉRENCE DES ONDES

    Il ne s'agit pas là, bien sûr, de l'incohérence (pourtant réelle sauf dans les applications de lasers) des ondes électromagnétiques, mais de l'incohérence de leurs utilisations. En France, mais dans bien d'autres pays, deux écoles s'affrontent sans le dire et sans même se l'avouer.

     

    C'est celle qui entend, comme Marconi, diffuser à tous, y compris ceux qui ne veulent pas les recevoir, des ondes modulées afin d'y inclure un message : leur grand cheval de bataille actuel, à Grands coups de G, est après la 2G, la 3G, la 4G, arrivé à la 5G, avec la 6G qui semble-t-il est déjà sur le paillasson. C'est un brouillard d'ondes pulsées diverses, dont les inconvénients sont nombreux :

     

    ¤ les ondes sont perturbées, voire arrêtées par des obstacles — d'où sous des prétextes divers et souvent ridicules une campagne nationale d'arrachage des arbres anciens partout —

     

    ¤ elles demandent des réémetteurs nombreux, voire très nombreux ;

     

    ¤ elles transforment chaque être vivant (donc contenant de l'eau) en antenne se mettant à vibrer en cadence, ce qui peut être presque toujours mauvais pour la santé à long terme, et parfois à très court terme ;

     

    ¤ elles interfèrent entre elles, ce qui peut causer de graves préjudices pour les messages transmis ; elles sont un gaspillage d'énergie sous le prétexte (encore) d'en économiser (la novlangue inversatoire à notre secours) ;

     

    ¤ elles ont une vitesse limitée, surtout si, pour être perçues partout, elles doivent transiter par des satellites installés là-haut à grands frais, et parfois à grands risques : les nombreux kilomètres à travers la troposphère et la stratosphère allongent singulièrement le temps de latence... en effet de façon pratique les satellites de télécommunication sont situés en gros à mille kilomètres de la surface terrestre, ce qui fait donc un trajet d'au moins deux mille kilomètres. De plus ces satellites sont limités en bande passante, ce qui fait que le signal peut "attendre son tour" pour transiter par le réémetteur placé là-haut.

     

    L'autre école s'entend à se montrer discrète : on passe un câble en creusant une petite tranchée, ou en profitant d'un réseau d'égouts ou autres, et c'est fini. Aucune perturbation donnée ou reçue. Le multiplexage fait que dans un seul brin minuscule peuvent passer de nombreux messages même complexes simulta-nément. Les magnifiques travaux de scientifiques comme le Français Emmanuel Desurvire font que sur le parcours du câble on ne soit obligé d'intercaler des répéteurs que tous les deux ou trois cents kilomètres. Cette merveille, c'est la fibre optique, qui elle aussi se déploie partout, rapidement et sans rencontrer le moindre obstacle de la part des usagers.

     

    Il est profondément dommage que la non-logique intrinsèque du libéralisme ordonne la mise en concurrence de ce service public, encore une fois : cela oblige soit à des ententes parfois mal vues « au nom de la concurrence sacrée », soit à des conflits entre entreprises faisant le même travail, avec les mêmes outils. Il y a là une perte d'énergie qui ne profite à personne, pas même aux actionnaires de ces entreprises.

     

    Ne pourrait-on penser, par exemple, à un sursaut d'éveil de la part de nos administrations, mettant fin au système actuel des téléphones cellulaires, pour les transformer en simples terminaux ? Il suffirait à intervalles relativement proches (tous les 2 ou 300 mètres en ville) de proposer des grappes de connecteurs donnant directement accès à la fibre sans aucune interférence. Pour les compteurs d'eau, d'électricité et de gaz le même principe pourrait s'appliquer, là encore sans le moindre risque d'émission d'ondes importunes, ni de sécurité.

     

    Il n'est pas certain que des consortiums comme EDF seraient d'accord : faute de CPL et du fait que les ERL* émetteurs d'ondes seraient bannis, le contrôle à distance des usagers devenus esclaves deviendrait chimérique. N'est-ce pas Monsieur Bernard Lassus, directeur chargé du programme Linky, qui (imprudemment peut-être) avait montré à la camera, dans une émission d'il y a quelques années, comment depuis son PC de Lyon il pouvait accéder à telle rue de telle ville, et même à tel compteur de cette rue, pour constater son travail ? D'ailleurs la collecte des courbes de charge pourrait se faire de façon encore plus fiable (ce qui n'est pas un bon point pour l'usager soucieux de son intimité).

     

    ¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤

     

    *ERL pour Émetteur Radio Linky (le nom a pu changer depuis) est un petit module dont la place est prévue à l'intérieur du capteur Linky, avec un connecteur à trois broches. Il peut communiquer par ondes (une sorte de Wifi, le Zigbee) avec les équipements électroménagers du logement, qu'il a su reconnaître très précisément grâce à la puce d'identification que comporte chacun de ceux-ci depuis l'année 2010 à peu près : marque, nom, numéro de série, date de fabrication, tout pour gérer "l'obsolescence programmée" par exemple, mais aussi pour gérer l'inventaire du contenu d'un réfrigérateur y compris les dates de péremption des produits, pour démarrer une machine à laver ou au contraire la stopper si trop d'équipements sont en route dans le quartier, pour savoir quelle chaîne de télévision vous regardez à telle heure, pour mettre en route la machine à café, et j'en passe. Intimité ? Connais pas.

     

    Ces ERL il est prévu de les proposer dans un second temps aux "heureux possesseurs de Linky" qui ne l'ont pas demandé, moyennant un abonnement payant, ou de les IMPOSER aux foyers modestes en échange d'aménagements sur les tarifs. L'important est de collecter toujours plus de données, sur toujours plus d'usagers devenus à peine des clients, plutôt des serfs. Voire des robots, qui sur injonction de leur Linky vont chercher en voiture le ravitaillement prescrit par celui-ci.... le cauchemar peut aller très loin ! Plus loin que cette histoire d'ondes contre lesquels se battent déjà ceux qui en subissent immédiatement les sévices, et ceux qui ont compris que demain c'est peut-être leur tour.

     JCC


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique