• A la suite d'une discussion avec Patrice Goyaud, on a convenu que les filtres, même les meilleurs (qui ne sont pas les plus chers), ne sont pas parfaits. Pour qui veut en mettre compte tenu de cette mise en garde, il semble que le plus efficace soit le modèle Panda de chez Polier : pour un résultat optimum en commander trois, placer le premier au plus près du CAPTEUR (directement dans le tableau de distribution s'il comporte une prise), puis à différents endroits du logement, par exemple un au plus loin du même capteur.

    Comment le déterminer ? Pour ma part, toujours sur les mêmes conseils, j'ai acquis un Microsurge Meter de Stetzerizer, modèle GS-M300-A. Pour les prix ? compter environ 400 euros pour le tout (y compris le testeur). Les prix ont bien baissé, sans doute la demande a-t-elle permis des économies d'échelle. Le capteur n'indiquera jamais zéro, mais si on obtient 42 sur le petit écran, c'est pas mal. En l'absence de filtres, les indications de crête peuvent monter à plus de mille ! Il faut se souvenir que souvent, on reçoit de l'électricité "sale", en raison de perturbations diverses (démarrages de gros moteurs et autres) en plus du CPL.

    Ceci dit, si par hasard (!) Enedis en installait, pas sûr qu'il utilise ces références !

    Ah ! Un détail qui a son importance : sur les prises qui repartent des filtres, ne brancher que de petits instruments qui ne causent pas une surtension au démarrage, donc pas de moteurs (plutôt une lampe ordinaire, par exemple, pas avec "starter" ou à éclairage variable). C'est pourquoi la prise qui repart n'est pas une "avec terre" type français mais allemand. J'ai posé la question directement à Monsieur Polier, le fabricant.


    1 commentaire
  • Pour ma part je commencerai à envoyer les relevés de compteur le 30 juin, anniversaire de mon entrée dans cet appartement, donc de l'état des lieux. Deux lettres avec accusé de réception : une au fournisseur, une copie signalée comme telle au gestionnaire de réseau. Et on n'en parle plus !

     

    Où l'on parle de relevé de compteurs, une fois pour toutes


    votre commentaire
  • Le dix-sept novembre 2020 la société privée ENEDIS, anciennement appelée ERDF, a perdu le procès en appel  intenté par divers usagers électro-hypersensibles. Cela nous est expliqué selon ce lien :

    https://bribesdinfo.blog4ever.com/linky-le-jugement-de-la-cour-d-appel-de-bordeaux-17112020

    Dans le texte de nos amis, un autre lien donne accès au jugement complet. On pourra utilement s'y reporter, les parties du texte les plus importantes ayant été surlignées.

    La société privée ENEDIS comme elle en avait le droit, envisageait de se pourvoir en cassation. Alors c'était quitte ou double : soit les plaignants étaient déboutés, soit non seulement la société ENEDIS voyait le jugement confirmé, mais cela constituait alors un cas de jurisprudence : tous les autres procès en cours s'alignaient sur la décision de la Cour, la société ENEDIS perdait partout.

    Pour elle le risque était gros : rien moins que la remise en cause de tout son déploiement. Rien moins que la possibilité pour tous les simples usagers de recouvrer un compteur NON communicant. Une dure perte sèche, en financement, en image de marque, peut-être même en contrats avec d'autres sociétés intéressées par les données qui auraient pu être récoltées ainsi. On n'ose imaginer, si au titre de ces contrats présumés la société ENEDIS avait reçu des avances l'aidant à la mise en place de ses capteurs, comme les nommait Monsieur Monloubou l'ancien président du directoire de la société.

    La nouvelle est tombée : la société ENEDIS ne se pourvoira pas en cassation, donc le jugement de Bordeaux cité plus haut est immédiatement et totalement applicable. Dans cette affaire la société ENEDIS est prudente : elle évite que cela ne devienne, cette fois, un précédent de jurisprudence. Rien ne dit qu'à l'avenir cela ne finisse pas par arriver. En tout cas, pour les usagers, plus que jamais il faudra rester solidaires car ce qui a été démontré de maintes façons sur l'inutilité de ces capteurs pour les usagers reste, la société ENEDIS étant la grande gagnante de ce grand marché de dupes qu'elle a tenté d'imposer.

    Une bonne nouvelle (en demi-teinte tout de même, il faudra le confirmer ailleurs) n'arrivant pas seule, on apprend aussi (toujours dans le domaine des ondes électromagnétiques pulsées) que la société américaine Starlink ne pourra pas installer son réémetteur dans le village de Saint Senier de Beuvron (Normandie) pour sa chaîne de satellites ; elle avait déjà essuyé une déconvenue à Gravelines (Nord). Tout ne va pas si bien que cela pour Elon Musk...


    votre commentaire
  • Communiqué du 20 décembre 2021
    Liste des signataires jointe
    Le mouvement anti-Linky conteste le rapport de la Commission de régulation de l'énergie

    Nuisible sur le plan environnemental, bénéficiant financièrement à Enedis et non aux usagers, dangereux (incendies, ondes) et ne permettant aucune économie d'énergie, le Linky est déjà dépassé sur le plan technologique.
    Les collectifs et associations soussignés, engagés contre le déploiement des
    compteurs communicants, contestent le récent rapport de la Commission de
    régulation de l'énergie (CRE) qui présente le programme Linky comme "une réussite industrielle".
    Après s'être prononcée en juillet 2011 en faveur du déploiement des compteurs Linky [1], la CRE pouvait difficilement se déjuger dix ans après. Alors qu'Enedis prétend depuis 6 ans que les refus de Linky sont quantité négligeables, la CRE reconnaît aujourd'hui qu'il reste 10% de compteurs ordinaires, soit environ 3,5 millions d'exemplaires !
     

    Cour des comptes : le programme Linky bénéficie "avant tout à Enedis" et non aux usagers

    La CRE a justifié en 2011 le programme Linky en prétendant en particulier qu'il
    "bénéficierait aux consommateurs" et qu'il "serait globalement neutre du point de vue financier" : affirmations trompeuses démenties par la Cour des comptes dans son rapport du 7 février 2018, montrant en particulier que "le projet de compteurs Linky profite avant tout à la société Enedis" et non aux usagers [2].
     Ce sont bien les usagers qui vont payer le prix du programme Linky, à savoir toujours selon la Cour des comptes :
    - 130 € par compteur (5,7 milliards d’euros au total) facturés sous forme de taxes.
    - 506 millions d’euros de frais financiers intérêts d’emprunts), également facturés
    sous forme de taxe jusqu’en 2031.


     D'autres éléments montrent aussi que le déploiement des compteurs Linky est une erreur majeure [3].
    Installations des compteurs Linky par des sous-traitants privés : la population française victime de mensonges, de menaces et, parfois, d'exactions

    Depuis 6 ans, partout en France, les poses de compteurs Linky ont été réalisées par des sous-traitants privés, n'hésitant pas à mentir aux habitants et à les menacer de coupures de courant, d’amendes et autres sanctions financières.
    Face à la résistance de millions d'habitants, les sous-traitants se sont parfois livrés à des actes illégaux : effractions, menaces, et parfois violences, en particulier à l'égard de personnes âgées. Il est inadmissible que, pour protéger les intérêts industriels d'Enedis, les différents gouvernements qui se sont succédé depuis 6 ans aient laissé nos seniors se faire agresser impunément.

    Remplacement de 35 millions de compteurs en parfait état de marche : un véritable désastre environnemental et financier
    Le programme Linky est un exemple notoire d'obsolescence programmée : 35 millions de compteurs en parfait état de marche ont été désinstallés et détruits, alors qu’en temps normal, Enedis remplaçait un million de compteurs par an, soit un renouvellement du parc de compteurs en 30 ans et non en 5 ans. Rappelons que les bons vieux compteurs électromécaniques peuvent durer près de 80 ans alors qu’Enedis prétend - de façon exagérée - que la durée de vie d’un compteur Linky serait de 20 ans.
     

    Incendies, ondes : quels impacts ?

    Même si Enedis est dans le plus total déni concernant les effets des ondes émises par le système Linky (circulation du Courant porteur en ligne dans le réseau électrique du logement), le fait est que d'innombrables usagers qui se portaient bien avant la pose du Linky se déclarent en souffrance après son installation imposée et surtout après l’injection du CPL dans le réseau public proche [4].
     Par ailleurs, la Presse quotidienne régionale a relayé dans la France entière [5],
    d'innombrables incendies se déclarant après la pose du Linky. Ils peuvent avoir différentes causes :
    - une mauvaise installation — Enedis a sous-traité l’installation des compteurs à des sociétés de service dont la compétence est souvent discutable.
    - une inadéquation du Linky aux logements
    Comme reconnu par l'organisme Promotelec [6], avant de s'autocensurer devant la
    polémique : "lorsque le technicien place Linky chez un particulier et règle le disjoncteur de branchement, il n’est pas chargé de vérifier si l’installation électrique du foyer sera à l’avenir en mesure de supporter un changement de puissance pour une puissance supérieure."
    Et c'est ainsi que des logements ont été détruits par incendie avec très probablement des décès bel et bien dûs au programme Linky et non à "des installations électriques défectueuses" comme le prétend Enedis. Sans que cela n'aille nécessairement jusqu'à l'incendie, la pose des Linky a occasionné chez les usagers une multitude de dysfonctionnements, depuis des pannes d’appareils électriques jusqu'au fonctionnement autonome de volets en passant par les éclairages qui clignotent jour et nuit...
     

    Le compteur Linky ne permet absolument aucune économie d'énergie... et peut générer des augmentations de factures !

    Dans son rapport, la CRE évoque des "gains à l’échelle du distributeur et de la collectivité" ou "de nouvelles offres innovantes adaptées plus finement aux besoins [des] clients" par le biais de "nouvelles fonctionnalités propres au compteur Linky". Mais il n'est nulle part question d'économies d'énergie (et donc d'économies financières) alors que c'est en particulier avec cette promesse que le Linky a été promu. Les Collectifs anti-Linky n'ont cessé de rappeler qu'Enedis est une filiale d'EDF qui vit... en vendant le plus possible d'électricité : qui pouvait croire un seul instant que le programme Linky allait réduire cette manne ?
    Au contraire, la pratique a démontré que la pose du compteur Linky entraînait chez de nombreux habitants des augmentations parfois vertigineuses des factures d'électricité [5], ou bien l'obligation de prendre un abonnement plus cher car nombre d'installations électriques disjonctent continuellement dès la pose du Linky [7].
     Voir en [8] une analyse des causes de ces surconsommations et surfacturations.

    Agitation fictive de la relève payante mais licenciement réels des releveurs

    Pour faire bonne mesure, la CRE a cru bon annoncer, ce qui a été repris tel quel dans la plupart des médias, que les usagers "sans Linky" se verraient infliger une facturation de 64 € par an du fait de la relève manuelle dont leurs compteurs devront faire l'objet.
    Or il est avéré que la CRE ne fait là que se joindre au concert des rumeurs diffusées
    par Enedis et ses sous-traitants pour intimider les millions de citoyens qui refusent
    les Linky.
    En effet, un des objectifs principaux du programme Linky est de licencier tous les
    releveurs afin de rendre Enedis encore plus rentable et d'en préparer la privatisation partielle ou totale. Il est donc très probable que cette relève (et donc la facturation associée) ne sera jamais mise en œuvre. Même si elle l'était, elle coûterait moins cher que les augmentations de factures et d'abonnements consécutives aux poses de Linky.
    Qui plus est, une telle facturation romprait avec l'égalité de traitement des citoyens ce qui pourrait amener les collectifs et associations à agir en justice. Pour mémoire, la gestion des compteurs et de la relève est déjà payée par tous les abonnés - quels que soient leurs fournisseurs - par le biais du Tarif d'Utilisation des Réseaux Publics d'Électricité (TURPE).
     

    En conclusion, les collectifs et associations soussignés récusent le rapport de la CRE et ses conclusions qui valorisent de façon mensongère le programme Linky lequel, au contraire, impose d'importants contraintes et risques aux usagers sans leur apporter le moindre avantage. Par son coût, les problèmes qu'il crée et son inutilité d'ores et déjà avérée, le compteur Linky est un exemple flagrant de projet inutile, voire nuisible.
    Aucune loi n’impose aux particuliers d’accepter la mise en place d’un compteur Linky sur leurs lieux de résidence, et la Cour d’appel de Bordeaux précise dans un arrêt du 17 novembre 2020 qu’"aucun texte [...] n’impose à la société ENEDIS, société commerciale privée, concessionnaire du service public, d’installer au domicile des particuliers des compteurs Linky". A ce jour, au moins 23 procédures judiciaires à l’initiative de plusieurs milliers de citoyens sont engagées pour faire cesser les poses forcées de ces appareils.
    Il y a lieu à présent de permettre aux citoyens abusés par ENEDIS et ses sous-traitants de faire valoir leurs droits.
    Lancé cette semaine, le site Internet https://retrait-du-linky.org est ouvert aux
    citoyens qui se sont vus imposer le Linky, ou qui n'en veulent plus, de réclamer
    sa désinstallation et la pose par Enedis d'un compteur non communicant

    [1] https://www.cre.fr/content/download/7557/66879

    [2] https://www.francetvinfo.fr/societe/couteux-complique-pas-si-utile-la-cour-des-comptes-epingle-le-compteur-
    electrique-linky_2597216.html

    [3] https://www.robindestoits.org/LES-FICHES-INFO-LINKY-5-Alternative-au-Systeme-Linky_a2677.html
    [4] https://www.robindestoits.org/LES-FICHES-INFO-LINKY-3-CPL-rayonnement-et-EHS_a2675.html
    [5] des exemples ici : http://refus.linky.gazpar.free.fr/incendies-linky.htm
    [6] http://refus.linky.gazpar.free.fr/promotelec-censure-incendie-linky.htm
    [7] Voir des exemples ici : http://refus.linky.gazpar.free.fr/linky-disjoncte.pdf
    https://www.robindestoits.org/LES-FICHES-INFO-LINKY-3-CPL-rayonnement-et-EHS_a2675.html
    [8] https://www.robindestoits.org/LES-FICHES-INFO-LINKY-16-Surconsommation-surfacturation-contrats_a3063.html

    A ce jour 21 décembre, ne cessent d'arriver les signatures des très nombreux collectifs et associations qui s'associent à cette contestation : dès le départ ils étaient plus de 30.

    01
    Bugey Avenir Énergies Tous Citoyens
    01
    Haut Bugey Réflexions Linky
    02
    Stop Linky 02
    04
    Stop Linky Montagne de Lure
    07
    Stop Linky/5G Sud 07
    07-26
    Stop Linky Drôme-Ardèche
    12
    Collectif du Vallon
    12
    Ondes et Santé, La Salvetat Peyralès
    13
    A nos ondes Pays Salonais
    15
    Stoplinky 15
    24
    Compteurs Communicants 24
    26
    L’Association de Sauvegarde de l’Environnement Rambertois (LASER)
    26
    Stop Linky Grandiois
    30
    Coordination Sud Cévennes
    30
    Stop Linky Piémont Cévenol
    30
    Stoplinky Gard Beaucaire & environs
    31-32
    Non au Linky Savès-Louge-Volvestre
    33
    Non Linky Saint-Caprais de Bordeaux
    33
    Stop Linky Bassens
    33
    Stop Linky Datagaz et 5G de Bordeaux
    33
    Stop Linky Sud-Gironde
    34
    Stop Linky-5G Montpellier
    34
    Stop Linky Languedoc Roussillon
    42
    Stop Linky 5G Forez
    42
    Stop Linky 5G Loire
    43
    Stop Linky 5G 43 MVR
    44
    Collectif Nantes1 anti-Linky
    44
    Collectif 44 contre Linky
    54
    Stop Linky Pont-à-Mousson
    59
    Stop Linky et 5G du Pays de Condé
    59-62
    Anti Compteurs Communicants Artois Douaisis (ACCAD)
    63
    Stop Linky 5G Livradois-Forez
    64
    Action Citoyenne Environnementale Hendaye (ACE)
    64
    Collectif anti Linky Anglet
    64
    Ondes de choc
    64
    Ralinky 5G Saint Jean de Luz - Ciboure
    64
    Stop Linky de la Plaine de Nay
    66
    Citoyens Communicants 66
    66
    StopLinky Vernet les bains & le Conflent (66)
    69
    Info Linky SOL
    71
    Alerte citoyenne communauté urbaine (ACCU)

    73

    Stop Liky 73
    74
    Stop Linky 74
    75
    Stop Linky Grand Paris
    75
    Linky non merci Paris Sud
    79
    Refus Linky Gazpar des Deux-Sèvres
    81
    Salies sans Linky
    81
    Stop Linky Tarn Sud
    83
    Stop Linky Var Ouest
    84
    Stop Linky Comtat Ventoux
    85
    Stoplinky des Olonnes
    85
    Stop Linky La Roche-sur-Yon
    85
    Stop Linky Riez Vie
    88
    Stop linky-5G 88

    Robin des Toits


    votre commentaire
  • La pose et le relevé

    Le poseur pose et s'en va. Il n'a rien vérifié de votre installation : ce n'est ni son rôle, ni sa compétence. Personne ne viendra plus.

    Jusqu'au 31 décembre 2021 vous continuerez à payer le relevé "à pied", Linky ou pas. Après on ne sait pas. Aucune décision n’a été prise par la CRE. Avec le Linky, beaucoup seront sans doute obligés de passer à un tarif supérieur d'abonnement en raison de l'interrupteur interne étalonné en KVA, et de la pointe de puissance exigée au démarrage de beaucoup d'appareils électriques (cf. plus loin).

     

    Le paiement surprise

    C'est avec la “tarification dynamique” (celle qu'on vous conseillera fortement) qu'il y aura la surprise : parfois un peu moins qu'avec le forfait, parfois dix fois plus. Le tarif peut changer toutes les heures ou même demi-heures. À tout prix, rester au forfait.

    Des Québécois et gens de provinces environnantes ont demandé à revenir aux anciens compteurs. Ils paient 30 $ la relève annuelle et s’en félicitent car ils ne sont pas harcelés sans arrêt par les fournisseurs et s’y retrouvent au bout du compte avec un tarif forfaitaire. Les Texans durant l’hiver dernier ont vu leur facture multipliée par 10 à cause du prix du marché dérégulé ! Partout dans le monde où les compteurs communicants ont été installés, partout les factures ont grimpé (bien avant la situation mondiale actuelle).

    Les communicants, pour être “utiles” au consom’acteur, impliquent de contrôler sa consommation quotidiennement sur son ordinateur. Aujourd’hui, moins de 3% ont le temps de le faire selon l’ADEME…. est-il réaliste de payer plus cher un avantage à la fois hypothétique, exigeant en investissement personnel, et pour des risques plus importants qu'avec le compteur classique ?

    Si 51% est le chiffre de ceux qui n’ont pas connu d’ennui particulier ni de surfacturation avec le Linky, ils déclarent n’y trouver aucun avantage. Sauf que la dérégulation des tarifs pourrait vite leur poser des problèmes.

     

    Le CPL et vous

    Tout le quartier s'invite chez vous via le CPL. Cependant c'est celui de votre Linky qui sera le plus agressif, et de loin. Surtout s'il est assez près du concentrateur, parce qu'il répercute aux autres capteurs les signaux aller et retour.

    Avec de bons filtres, on arrive à atténuer fortement le CPL du voisinage qui transite par votre circuit électrique. Avec un Linky, ce sera plus compliqué. Très actif, il interrogera en permanence vos appareils électriques, quitte à en suspendre brutalement le fonctionnement. Vous serez victimes de l’effacement : Enedis se réservera le droit de couper votre ballon d’eau chaude, par exemple, à tel ou tel moment, s’il constate une tension sur la demande électrique dans votre quartier. (Enedis le fait déjà couramment ; le médiateur reçoit des plaintes, mais la pose du Linky vaut acceptation et donc changement unilatéral du contrat – cela dans un État dit de droit).

    Même si le CPL passe chez eux, les sans-Linky n'auront pas les inconvénients bien connus :

    – le breaker (interrupteur intégré), qui mesure en KVA et dont la coupure intervient plus tôt, ne prend pas en compte la puissance transitoire appelée X4 des appareils que l'on branche. Au démarrage, beaucoup d’appareils (aspirateurs, sèche-cheveux…) sollicitent une forte puissance qui retombe après 10 secondes au maximum. Les anciens compteurs le tolèrent, pas le Linky.

    – le manque de fiabilité du système de comptage des Linky, d'où surconsommation, surfacturation. (30% de plaintes supplémentaires auprès du médiateur de l’énergie depuis l’installation du Linky).

    – les risques largement augmentés d'incendies dont la presse de province et les pompiers relèvent fréquemment les cas parfois dramatiques.

    – le risque de piratage informatique non négligeable. La revue Canard PC a montré que l’on peut les pirater très facilement.

     

    Donc, ne rien lâcher : vous avez le droit de refuser, rappelons-le.

     

    Jean-Claude (relu par Bernard, Frantz et Patrice Goyaud, secrétaire de Robin des Toits, Docteur en physique-électricité, ingénieur retraité RTE-EDF)

     


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires