• Tous les CAPTEURS ont le même but (caché, mais évident) : recueillir le maximum de données sur tous les usagers du gaz, de l'électricité et de l'eau, ces trois sources essentielles de notre vie quotidienne. C'est pourquoi bien qu'ils s'en cachent, ceux qui mettent en place ces nouveaux appareils ont pour seul but (sous le couvert d'une prétendue "transition énergétique" aux sens multiples et souvent illusoires) de faire le plein de données sur chacun de nous. Cela complète agréablement (euh...) les autres données rassemblées par les GAFAM et autres, qui sont déjà colossales, mais encore incomplètes.

    Qu'on ne s'y trompe pas : CHACUN, à un moment ou à un autre, peut se retrouver sous le microscope pour des raisons ou des prétextes auxquels on ne pense même pas. Ces données, qui pour le moment sont encore difficiles à réunir tant elles sont diverses, tracent de chacun un profil bien plus complet que ce qu'on connaît de soi-même. Cet aspect avait été évoqué au cours d'une réunion à Saint Herblain près de Nantes en 2017.

    Les trois sources convergent vers ce mieux-connaître auquel aspirent "les Autorités", même si chacun tient à garder un voile pudique sur sa vie privée.

    C'est pourquoi nous avions déjà esquissé
     —   les avantages et inconvénients du Linky
     —   les avantages et inconvénients du Gazpar

    Voici aussi :
     —   les avantages et inconvénients des compteurs à eau


    Afin de rendre compte du résultat, nous avons mis à jour un tableau établi voici déjà presque deux ans.



    votre commentaire
  • On sait mal ce qu'il en est des compteurs d'eau, pour différentes raisons.

    — il y a plusieurs modèles différents, avec des caractéristiques qui peuvent varier car il n'y a pas de cahier des charges commun. On sait que l'émetteur, qui se clipe sur le compteur lui-même, comporte une pile lui aussi. Valable pour combien de temps ? On ne sait pas. Émettant sur quelle fréquence ? On parle de 868 MHz, mais sans confirmation.

    — il y a autant de fournisseurs que de syndicats intercommunaux, et plusieurs prestataires (SAUR, VEOLIA, Lyonnaise des Eaux – les principales – ... une dizaine en tout) donc une jungle difficile à démêler

    — des réémetteurs seraient installés sur les lampadaires par exemple (un émetteur pour deux lampadaires, à 2 ou 3 mètres du sol), donc des réémetteurs très nombreux sans doute parce que la fréquence est élevée. Eux, réémettraient à 2,4 GHz.

    — la fréquence de ramassage des données risque d'être très élevée, presque en temps réel, « pour détecter tout de suite les fuites ». Cela permet surtout de créer une belle courbe de charge très intéressante pour les assureurs, les marchands de machines à laver, et autres. Avec le fait de ne plus devoir faire la tournée des compteurs pour les relevés, il y aura aussi ce facteur de profit. QUI a signé pour accepter de façon volontaire que ses données de vie personnelle soient ainsi collectées et utilisées ?

    La pose a commencé, d'après ce que l'on sait, dès 2010. Dans la plus grande discrétion. Comme il s'agit le plus souvent d'un simple ajout au compteur existant, il n'y a pas interruption du flux d'eau. Il faut aller vérifier pour savoir si le petit machin avec sa courte antenne de 5 centimètres à peine a été mis en place.

    Je pense en avoir dit ce que j'en sais ; ah si, les compteurs appartiennent aux communes ! Pour les CAPTEURS, il faudrait sans doute un procès pour le définir exactement, car il y a semble-t-il un trou juridique là-dessus.

    A noter qu'il existe deux modèles différents, en plus de marques différentes : certains utilisateurs vont se retrouver avec DEUX compteurs communicants, celui pour l'eau froide, et celui pour l'eau chaude.  On n'échappe pas au « progrès »....

     Déjà, des personnes sont chassées de chez elles par les nouveaux CAPTEURS communicants placés sur les compteurs d'eau : elle ont pu se faire remettre l'ancien compteur d'eau (ou enlever le CAPTEUR ce qui revient au même), mais les émissions des émetteurs installés sur les compteurs voisins sont suffisantes pour leur rendre la vie insupportable. Oui, nous avons des noms, même si les personnes en question exigent de rester anonymes pour différentes raisons que nous connaissons.

    Retour au récapitulatif



    votre commentaire
  • Le Linky communicant : ce qu'il faut savoir

     
    C'était le 3 novembre 2017.
     
    Ce jour-là Stéphane Lhomme se déplaçait à Poitiers, pour une conférence qui allait faire date. Il était en effet prévu à la fois de sous-titrer la conférence, et de la doubler par des opérateurs du langage des signes.
     
    La salle s'est très correctement remplie (de 250 à 300 personnes, semble-t-il). Au premier rang, de nombreux sourds et malentendants avaient fait le déplacement.
     
     
     

     

    Comme c'est presque la règle, la réunion a un peu débordé les horaires prévus, ce qui a obligé les organisateurs à ne pas inclure dans la vidéo le débat qui a suivi. C'était dommage, car certains points non abordés par le conférencier dans le courant de son exposé, ont été mis sur le tapis.
     
    (Soit dit en passant, il faudra que je pose la question à l'organisatrice, Patricia, animatrice du grand collectif couvrant toutes les Deux-Sèvres : peut-on récupérer encore les propos qui se sont dits au cours de ce débat)
     
    Bien entendu, j'étais présent. Depuis Nantes, ce n'est pas trop loin.
     
    Il sera sans doute important de ne pas hésiter à poser des questions complémentaires. Quelques points de détails n'ont pas été abordés, tels que le défaut d'assurance pour tous les dégâts d'origine électromagnétiques (incendies, santé...)
     
    (cette vidéo a été supprimée sur You Tube et Viméo, nous contacter pour l'avoir : gênerait-elle ?)
     
    Continuons ensemble !
    Jean-Claude

    votre commentaire
  •  
    Nouvelle réunion d’information sur le compteur Linky

    Réunion publique.

    Organisateur : Collectif stop Linky Paimbœuf. 

    Devant l'affluence massive du public lors de la réunion du 13 janvier, le collectif organise une nouvelle réunion en présence cette fois du maire de Paimbœuf. La question en débat : Faut-il accepter l'installation du nouveau compteur Linky ? Qui est responsable en cas de problème ? Comment refuser. 


    Mardi 30 janvier, 18h, salle Cutullic, boulevard Dumesnildot, Paimbœuf. Gratuit. 










    1 commentaire
  • Les opposants au CAPTEUR Linky  de Paimbœuf nous communiquent cette information :


    . réunion publique d'information .

    le samedi 13 janvier à 10h 

    au Centre socio-culturel Mireille Moyon 


    34-38 boulevard Dumesnildot à Paimbœuf. 

    -:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-

    Le Linky ne passera pas ! 



    stoplinkypaimboeuf@gmail.com

    Nouveau collectif

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique