• Madame Annie Lobé, journaliste scientifique indépendante, assistée de nombreux juristes, a encore affiné la procédure qu'elle propose d'appliquer aux refus de compteurs placés sur des lieux vulnérables.

    Cela comporte bien entendu des cages d'escaliers d'immeubles, où parfois des personnes non souhaitables et/ou non souhaitées réussissent à pénétrer. Cela peut être des quémandeurs, représentants commerciaux, ou autres. Cela peut être aussi des poseurs de capteurs communicants : il est bien connu maintenant que, souvent, ils en sont arrivés à trouver les compteurs, à arracher les injonctions à ne pas poser, puis à photographier "la place nette" en justificatif de leurs actes ; ensuite, sans vergogne, ils posent. Il faut dire que la carotte de la prime en cas de poses conformes en nombre aux prévisions offerte par Enedis (voir l'article sur la vie privée) décuple les ardeurs des poseurs. Ceux-ci, souvent des personnes au statut précaire, n'ont pas toujours le choix.

    En conséquence de toutes les expériences accumulées depuis le début de l'été dernier, expériences parfois très orageuses, Madame Lobé nous propose donc un nouveau "mode d'emploi" un peu plus précis encore, avec une sommation DE NE PAS FAIRE encore plus fouillée et argumentée.

    Nous proposons donc un nouveau fichier ZIP comportant trois documents.

    ¤ le mode d'emploi, remis en forme pour une impression éventuelle facile en recto-verso. Il a été formalisé en pdf. Il donne des liens vers différents autres documents, comme pour ceux qui ont leur compteur à l'intérieur et n'ont donc pas besoin de l'huissier (sauf, et c'est un autre cas encore, si pour accéder au compteur le poseur a commis carrément une violation de propriété avec effraction).

    ¤ la signification DE NE PAS FAIRE de 21 pages, à compléter sur les pages 1 et 21. Compléter (y compris à nouveau l'adresse physique du compteur sur la page 21), mais ne rien modifier d'autre. Ce document est en format doc, utilisable par tous les éditeurs de texte, dont LibreOffice bien sûr.

    ¤ un fichier à imprimer et sécuriser (par mise sous plastique dans une papeterie par exemple), et à apposer sur votre entrée, ou celle de votre immeuble (à l'intérieur, visible de l'extérieur) si tous les occupants sont d'accord. Fichier bien fixé, invitant les poseurs à passer leur chemin, et à ne pas tenter de violer une propriété privée (délit réprimé par la loi). C'est valable aussi par exemple si le compteur est dans votre jardin. 


    Bien entendu, si vous exploitez la procédure de l'exploit d'huissier, n'oubliez pas d'apposer une copie de l'assignation près du compteur, d'introduire une preuve de date (journal du jour), et de photographier le tout de façon lisible. Gardez plusieurs exemplaires de la photo dans plusieurs endroits, y compris chez quelqu'un de confiance, avec encore une copie de l'assignation.




    votre commentaire
  • Laissons une filiale à 100% d'un grand groupe international dont l'État français est actionnaire presque totalement, rédiger par écrit ce qu'elle en pense. Nous n'inventons rien bien sûr.




    Au vu de cette légèreté face à à des acquis dont les Constitutions successives n'ont jamais dénoncé le contenu (la propriété de ses propres biens), on peut s'interroger. Il ne s'agit pas du tout, là, de force majeure, mais de satisfaire aux appétits de grands groupes industriels avides de BIG DATA. Que les simples citoyens en soient VICTIMES financièrement (augmentation des factures ET des abonnements, casse trop souvent de leurs appareils électroménagers qu'ils devront remplacer à leurs frais, voire incendies dus à des poses approximatives), ou dans leur santé, n'ébranle en rien la détermination du gestionnaire de réseau, ni des poseurs salariés (le plus souvent au lance-pierre) de sous-traitants pris à la gorge.



    Cela explique sans doute la légèreté des autorités à Annecy : là encore de simples citoyens ont SUBI sans le savoir des essais en réel de la future 5G, bombardés qu'ils furent par de très nombreuses et minuscules antennes cachées dans le mobilier urbain. Pour cet événement-polémique, nous encourageons nos lecteurs à se procurer le dernier Canard Enchaîné, et l'article du Professeur Canardeau.  Nous avions eu la teneur de cette affaire il y a quelque temps, par un autre canal. Celui-ci confirme et explique les enjeux, surtout de l'ordre de la santé.
     

    1 commentaire
  • Nous avons reçu (merci Elisabeth) un document très intéressant émanant du Docteur Santini, Docteur émérite de la Faculté de Lyon :"Votre GSM, votre Santé, on vous ment". Il a fait le résumé de son ouvrage.

    Ce document revisité par nos soins pour la mise en page en particulier est accessible ici :


    On a le sentiment très fort d'une volonté par les "officiels" de détruire les personnes, qui n'ont pas d'importance, afin de promouvoir "une certaine science" à laquelle les humains seraient soumis, au lieu de la relation normale qui serait une science au service de tous.

    C'est pourtant Rabelais, déjà, qui avait relevé que « Science sans conscience n'est que ruine de l'âme » , et en avait fait la démonstration dans son Gargantua. Cependant, à l'époque la science n'était pas encore souvent un instrument de POUVOIR.


     

    Les vrais humains (pas les obsédés de POUVOIR) ne seraient-ils plus que des variables d'ajustement au même titre que des fourmis, avec pas plus, non, pas plus de VALEUR (marchande évidemment) que ces hyménoptères ?

    Des lecteurs sourcilleux vont déplorer peut-être que nous introduisions ici de la politique, alors qu'on parle de science, de santé : en fait tout est lié. Tout acte hors de l'intimité (et même sans doute dans l'intimité) est de nature politique, comme préférer un navet produit localement à une patate douce venue de quelque part très loin. La santé de tous est du ressort de tous. Si vous ne vous engagez pas, vous VOUS condamnez à subir ce que sans doute vous réprouvez.

    Quant au livre, fruit du travail de nombreux scientifiques, donnons-lui tout son poids.







    1 commentaire
  • (merci à StopLinky Draveil (91) pour son texte sur lequel nous nous sommes basés)

    Précisions sur les technologies CPL et ERL employées dans le réseau Linky



    CPLveut dire courant porteur en ligne. ERLsignifie Emetteur Radio Linky

    Le CPL et l'ERL sont complémentaires.


    1) Le CPL


    Les protocoles CPL G1/G3 sont injectés en superposition au courant alternatif cadencé à 50 Hertz circulant dans les fils électriques de toute l'installation de la maison. Ceux-ci concernent les compteurs de toutes les marques intégrant le protocole LINKY.


    Ce CPL permet la collecte des informations provenant de l'électroménagerbranché sur le réseau d'alimentation électrique (via les fils électriques de la maison). Pour rappel, des puces d'identification sont incluses dans tous les appareils depuis 2010. Type, marque, modèle, donc âge......

    Le profil des impulsions peut varier de manière erratique, en fonction d'interférences avec les CPL circulant dans les autres habitations de la grappe, ou même de plus loin.


    2) L'ERL


    De son côté, l'ERL communique avec les objets connectés dans l'habitat via les technologies sans fil ZigBee et KNX cadencéesà 2,4 Ghz. Les objets connectés sont pourvus d'un système d'identification et parfois de commandesà distance sans fil au moyen de cette technologie.


    L'emplacement du module ERL est prévu d'origine dans chaque compteur Linky - il suffit d'enficher le module dans un connecteur dénommé TIC  (Télé Information Client).






    Celui-ci sera en principe une option facultative et payante, adossée à des téléservices (peut-être gratuite dans certains cas). Il n'est pas exclu qu'il devienne obligatoire à terme. L'ERL, assez polluant sur le plan électromagnétique, n'est pas pris en compte dans les mesures officielles de rayonnement dans les installations, étant donné que les compteurs actuels n'en sont pas pourvus pour la plupart. Son déploiement est prévu dans un 2ème temps, une fois les compteurs simples installés.


    Questions importantes et souvent posées :


    1) sans module ERL, le pilotage, ou la coupure des objets électriques domestiques sera-t-il quand même possible, via  l'envoi d'un signal CPL dans le circuit électrique?

    Bien entendu. Le CPL est là pour cela. Toute personne souhaitant bénéficier de ce service devra faire installer à ses frais par un électricien des commutateurs "CPL" pour chaque prise de courant que l'on souhaite rendre télécommutable.


    2) Les signaux CPL du Linky  fonctionnent-ils en continu sur 24 heures et tout au long de l'année, y compris pour le protocole G1 ?

    OUI. Le CPL circule en continu en superposition sur le 50 Hertz, 24/24h - 365/365j - pour questionner à tour de rôle chacun des nombreux compteurs sur le réseau. Chaque impulsion adressée à un compteur fait le tour de tous les compteurs sur le réseau jusqu'à réponse du compteur ciblé identifiable grâce à une adresse IP. Et ainsi de suite. Le CPL sera donc présent sur tout le réseau basse tension (et donc dans toutes les maisons), que le compteur Linky soit installé ou pas.


    3) Le CPL du Linky actuel fonctionne t-il uniquement pour l'impulsion de commande tarifaire différentiée  ( heures creuse, pleine).

    Attention ! Il ne faut donc pas mélanger les fonctions du Linky avec la fréquence du CPL à 175 Hertz concernant le service EJP (heures creuses/heures pleines) en vigueur jusqu'à ce jour. Il n'y a que deuximpulsionspar jour (début-fin des heures creuses) pour commander un contact dans le compteur électrique.

    Avec LINKY, plusieurs protocoles CPL sont injectés dans une bande de fréquences largement supérieure à celle du 50 Hertz pour laquelle le réseau câblé est prévu (au maximum jusqu'à 1 kHz) :

    - protocole CPL G1 : 63,3 kHz et 74 kHz

    - protocole CPL G3 :  de 10 kHz à 63,3 kHz et de 73,8 kHz à 95 kHz.



    Pour résumer :

    le CPL est présent en permanence par impulsions, il a plusieurs fonctions :

    1 ¤ il vérifie en permanence, sur interrogation du concentrateur, que tous les compteurs de la grappe de capteurs reliés à lui sont bien en fonction.

    2 ¤ il reçoit éventuellement un signal d'urgence d'un capteur dont le capot serait ouvert : ce signal est aussitôt retransmis à l'antenne du fournisseur d'électricité.

    3 ¤ à des intervalles qu'on ne connaît pas, et qui peuvent varier selon la volonté du fournisseur d'électricité, il transmet capteur par capteur le relevé des éléments de la courbe de charge.

    4 ¤ il retransmet à un capteur identifié, via le concentrateur, des informations de mise à jour du logiciel, du contrat (heures à tarifs modulés « personnalisées », changement de puissance souscrite), voire de coupure du courant pour des raisons diverses comme un non-paiement de facture.

    l'ERL communique, selon des protocoles programmés, des instructions aux appareils communicants connectés.

    Il transmet aussi à un terminal déporté (tablette, ordinateur, téléphone), via une télécommande fournie, les indications de la courbe de charge à l'attention de l'abonné – et d'autres personnes si son cryptage est décodé.

    Comme ses fonctions sont modulables et reprogrammables à distance via le capteur, il ne fait aucun doute que d'autres usages lui seront alloués plus tard.


    votre commentaire
  • Nos amis d'Ancenis et des communes proches nous proposent une réunion d'information et de débats.



    Les différents points de vue seront représentés.



    Ce sera certainement une soirée intéressante. Seront abordés les habitudes de consommation, les interrogations sur les rayonnements électromagnétiques et la santé, les économies d'énergie et de porte-monnaie présumées et les coûts, voire sans doute l'impact sur la vie privée comme peut le faire supposer la déclaration de Philippe Monloubou «Je suis un opérateur de BIG DATA, et j'aurai bientôt à ma disposition trente-cinq millions de CAPTEURS »




    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique