• Enedis serait-il en panne d'arguments ?

    Lettre reçue d'ENEDIS par un particulier à la suite d'une sommation DE NE PAS FAIRE.





    Une personne nous a confié cette lettre en retour d'Enedis, qui a donc pris acte de l'assignation. On y sent comme un malaise. C'est au point que cela manque de vrais arguments, il s'agirait plutôt de menaces voilées.
     
    La société en question  serait-elle en train de patauger dans les refus de plus en plus nombreux ? Refus émanant aussi bien de particuliers, que de communes. Celles-ci, au 29 mai 2017, sont désormais 358 à avoir pris arrêtés ou votes de défiance. Et ce, malgré les énormes pressions exercées par les différents organismes, les préfets, et malgré le fait que le nouvel hôte de l'Élysée est, bien entendu, pour ce qui peut apporter de l'argent et du pouvoir aux multinationales.


    Je me permets d'apporter quelques arguments, en réponse à cette lettre d'ENEDIS.

    — Il y a dans ce texte une mauvaise foi manifeste, puisque personne parmi les citoyens qui refusent le linky, personne ne revendique la POSSESSION du compteur.

    — la lettre minimise le plus possible l'intervention de l'huissier, qui gêne beaucoup ENEDIS en raison de ses attendus déposés officiellement chez elle. Et ce, même si l'huissier lui-même n'est pour rien dans l'élaboration des 21 pages.

    — la loi va sans raison apparente au-delà des recommandations de Bruxelles, qui insiste à dire que si c'est trop cher, ou si cela pose des problèmes techniques, on laisse tomber, par exemple. D'autres pays ne déploient pas ces compteurs communicants, ou comme l'Allemagne, ne le font que partiellement.

    — les normes de pollution électromagnétique auxquelles se réfère ENEDIS sont depuis longtemps obsolètes, et beaucoup trop élevées (environ 100 fois), mais bien entendu cela arrange beaucoup les industriels

    — ENEDIS va encore au-delà de la loi, en obligeant les poseurs à devenir brutaux par l'incitation de primes au rendement, car la société subodore qu'il va y avoir une grande résistance chez tous ceux qui ont le compteur à l'intérieur du logement. Plus de 50% des compteurs sont dans ce cas-là.

    — la maîtrise de la consommation dont se gargarise ENEDIS est une affaire personnelle qui n'a rien, non, rien à voir avec les compteurs communicants. Il suffit de lire l'index, et de faire une soustraction avec l'index précédent. C'est du niveau d'un élève du primaire. On peut le faire, ou on peut très bien ne pas le faire même si les moyens sont donnés directement (à ceux qui s'ouvrent un compte sur Internet, par exemple). Le nombre de ceux qui prennent la peine de suivre réellement la consommation est aux alentours de 2 ou 3 POUR MILLE. (document Enedis, hi hi)

    — cette affaire-là n'est qu'une vaste arnaque ayant pour seul but, oui, seul but, de collecter le maximum de données parfois intimes sur tous les citoyens de ce pays, et même à l'avenir, d'autres pays où le Linky pourrait être déployé par EDF. Ce n'est pas pour rien que Philippe Monloubou a, le 2 février 2016, déclaré devant une commission parlementaire que son entreprise (filiale à 100% d'EDF) allait bientôt disposer de 35 millions de capteurs (il n'a pas parlé de compteurs) et que cette entreprise participe au BIG DATA, soit le ramassage global de données sur tout le monde. Détail amusant, mais important, il avoue aussi à cette occasion que le Linky N'EST PAS OBLIGATOIRE.

    Ne lâchons rien.

    JC

  • Commentaires

    1
    Didier
    Lundi 29 Mai 2017 à 20:36
    Tu fais bien de rappeler ces arguments Jean-Claude. En effet, Enedis semble patauger. Mais aussi Macron, comme E.Philippe sont des soutiens inconditionnels des smarts grids...sans oublier Nicolas Hulot qui pense que c'est bon pour la planète!! Restons mobilisés et solidaires.
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :