• INCOHÉRENCE ET GUERRE DES ONDES

    INCOHÉRENCE DES ONDES

    Il ne s'agit pas là, bien sûr, de l'incohérence (pourtant réelle sauf dans les applications de lasers) des ondes électromagnétiques, mais de l'incohérence de leurs utilisations. En France, mais dans bien d'autres pays, deux écoles s'affrontent sans le dire et sans même se l'avouer.

     

    C'est celle qui entend, comme Marconi, diffuser à tous, y compris ceux qui ne veulent pas les recevoir, des ondes modulées afin d'y inclure un message : leur grand cheval de bataille actuel, à Grands coups de G, est après la 2G, la 3G, la 4G, arrivé à la 5G, avec la 6G qui semble-t-il est déjà sur le paillasson. C'est un brouillard d'ondes pulsées diverses, dont les inconvénients sont nombreux :

     

    ¤ les ondes sont perturbées, voire arrêtées par des obstacles — d'où sous des prétextes divers et souvent ridicules une campagne nationale d'arrachage des arbres anciens partout —

     

    ¤ elles demandent des réémetteurs nombreux, voire très nombreux ;

     

    ¤ elles transforment chaque être vivant (donc contenant de l'eau) en antenne se mettant à vibrer en cadence, ce qui peut être presque toujours mauvais pour la santé à long terme, et parfois à très court terme ;

     

    ¤ elles interfèrent entre elles, ce qui peut causer de graves préjudices pour les messages transmis ; elles sont un gaspillage d'énergie sous le prétexte (encore) d'en économiser (la novlangue inversatoire à notre secours) ;

     

    ¤ elles ont une vitesse limitée, surtout si, pour être perçues partout, elles doivent transiter par des satellites installés là-haut à grands frais, et parfois à grands risques : les nombreux kilomètres à travers la troposphère et la stratosphère allongent singulièrement le temps de latence... en effet de façon pratique les satellites de télécommunication sont situés en gros à mille kilomètres de la surface terrestre, ce qui fait donc un trajet d'au moins deux mille kilomètres. De plus ces satellites sont limités en bande passante, ce qui fait que le signal peut "attendre son tour" pour transiter par le réémetteur placé là-haut.

     

    L'autre école s'entend à se montrer discrète : on passe un câble en creusant une petite tranchée, ou en profitant d'un réseau d'égouts ou autres, et c'est fini. Aucune perturbation donnée ou reçue. Le multiplexage fait que dans un seul brin minuscule peuvent passer de nombreux messages même complexes simulta-nément. Les magnifiques travaux de scientifiques comme le Français Emmanuel Desurvire font que sur le parcours du câble on ne soit obligé d'intercaler des répéteurs que tous les deux ou trois cents kilomètres. Cette merveille, c'est la fibre optique, qui elle aussi se déploie partout, rapidement et sans rencontrer le moindre obstacle de la part des usagers.

     

    Il est profondément dommage que la non-logique intrinsèque du libéralisme ordonne la mise en concurrence de ce service public, encore une fois : cela oblige soit à des ententes parfois mal vues « au nom de la concurrence sacrée », soit à des conflits entre entreprises faisant le même travail, avec les mêmes outils. Il y a là une perte d'énergie qui ne profite à personne, pas même aux actionnaires de ces entreprises.

     

    Ne pourrait-on penser, par exemple, à un sursaut d'éveil de la part de nos administrations, mettant fin au système actuel des téléphones cellulaires, pour les transformer en simples terminaux ? Il suffirait à intervalles relativement proches (tous les 2 ou 300 mètres en ville) de proposer des grappes de connecteurs donnant directement accès à la fibre sans aucune interférence. Pour les compteurs d'eau, d'électricité et de gaz le même principe pourrait s'appliquer, là encore sans le moindre risque d'émission d'ondes importunes, ni de sécurité.

     

    Il n'est pas certain que des consortiums comme EDF seraient d'accord : faute de CPL et du fait que les ERL* émetteurs d'ondes seraient bannis, le contrôle à distance des usagers devenus esclaves deviendrait chimérique. N'est-ce pas Monsieur Bernard Lassus, directeur chargé du programme Linky, qui (imprudemment peut-être) avait montré à la camera, dans une émission d'il y a quelques années, comment depuis son PC de Lyon il pouvait accéder à telle rue de telle ville, et même à tel compteur de cette rue, pour constater son travail ? D'ailleurs la collecte des courbes de charge pourrait se faire de façon encore plus fiable (ce qui n'est pas un bon point pour l'usager soucieux de son intimité).

     

    ¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤

     

    *ERL pour Émetteur Radio Linky (le nom a pu changer depuis) est un petit module dont la place est prévue à l'intérieur du capteur Linky, avec un connecteur à trois broches. Il peut communiquer par ondes (une sorte de Wifi, le Zigbee) avec les équipements électroménagers du logement, qu'il a su reconnaître très précisément grâce à la puce d'identification que comporte chacun de ceux-ci depuis l'année 2010 à peu près : marque, nom, numéro de série, date de fabrication, tout pour gérer "l'obsolescence programmée" par exemple, mais aussi pour gérer l'inventaire du contenu d'un réfrigérateur y compris les dates de péremption des produits, pour démarrer une machine à laver ou au contraire la stopper si trop d'équipements sont en route dans le quartier, pour savoir quelle chaîne de télévision vous regardez à telle heure, pour mettre en route la machine à café, et j'en passe. Intimité ? Connais pas.

     

    Ces ERL il est prévu de les proposer dans un second temps aux "heureux possesseurs de Linky" qui ne l'ont pas demandé, moyennant un abonnement payant, ou de les IMPOSER aux foyers modestes en échange d'aménagements sur les tarifs. L'important est de collecter toujours plus de données, sur toujours plus d'usagers devenus à peine des clients, plutôt des serfs. Voire des robots, qui sur injonction de leur Linky vont chercher en voiture le ravitaillement prescrit par celui-ci.... le cauchemar peut aller très loin ! Plus loin que cette histoire d'ondes contre lesquels se battent déjà ceux qui en subissent immédiatement les sévices, et ceux qui ont compris que demain c'est peut-être leur tour.

     JCC


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :