• Le CPL pour les Nuls

    Le CPL pour les nuls




    On parle donc de Courant Porteur en Ligne, d'un courant qui au départ est « propre » tel qu'il est soigneusement régulé par le distributeur de courant.


    Sortant des centrales, il est transporté sous Très Haute Tension. Ce sont les gros pylônes genre Tour Eiffel, supportant de gros fils, six, à la courbe gracieuse, il est là sous 400 000 volts. Un fil supplémentaire neutre, au sommet, sert en fait de paratonnerre. C'est RTE (Réseau de Transport d'Électricité) qui s'en charge. Ces lignes-là relient les grands pôles de production entre eux (barrages, centrales thermiques charbon, fuel ou gaz, ou nucléaires) pour répartir les charges régionales.


    Par places ces lignes 400 000 volts passent le relais pour des usages plus régionaux à des lignes un peu moins importantes à 225 000 volts.


    Arrivant à une ville, le courant se retrouve dans une zone avec d'énormes transformateurs, qui ramènent la "différence de potentiel" à 20 000 volts, c'est là qu'ERDF devenu ENEDIS prend le relais, et répartit le courant (depuis le départ il est à 50 Hz, selon la courbe que tout le monde connaît). Dans chaque hameau, dans chaque quartier il est alors abaissé à 220-230V pour la consommation domestique. Les industriels importants, la SNCF le réceptionnent directement à 20 000 V pour le moduler en courant selon les usages.











    Jusqu'à présent, nous avons toujours droit à un courant « propre ». Cela va se gâter.


    Le CPL d'ENEDIS est différent de celui qui sert pour la domotique selon les désirs de l'habitant d'un logement, et celui qui jusqu'à présent déclenchait les tarifs spéciaux jour-nuit (UNE impulsion matin et soir à 175 Hz) ou autres. Pour ceux qui ne le savent pas, le hertz (plus brièvement Hz) est la fréquence où le courant, mais aussi par exemple les sons, passent d'une valeur zéro à une valeur maximale, puis revient à zéro, il repart alors dans le sens négatif jusqu'à un maximum, pour revenir à zéro. La courbe positive, puis négative, correspond à un hertz. Le courant normal est réglé de telle façon que 50 fois par seconde il est positif, puis négatif. Lui est associée une composante magnétique simple et stable qui ne perturbe pas les organismes.




    Désormais ce sont de multiples impulsions qui viendront perturber votre 50 Hz sur une gamme de fréquences nettement supérieure, entre 60 000 et 90 000 Hz : en fonction de perturbations accessoires cela pourra même interférer, faire des « ventres » à puissance maximale et des « nœuds » d'intensité quasi nulle (on peut penser à des CPL un peu plus faibles venant de chez un voisin avec un léger décalage, puisque votre logement n'est pas seul). Tous les cas de figure sont possibles. En résulte un brouillard électromagnétique très complexe, impulsionnel.


    Ce courant devenu « sale » va ATTAQUER votre logement, on va avoir droit en fait à cela.


    Les choses peuvent très mal se passer, même si ces surmodulations par impulsions de quelques secondes peuvent paraître faibles. Les circuits électroniques peuvent très mal le supporter. Des cas assez fréquents d'appareils détruits quelques jours après la mise en place de Linky  le prouvent. On ne parle même pas de la santé des êtres vivants, dont la structure électrochimique est bien plus délicate encore.

    C'est donc cela, au nom du BIG DATA, que les Grands Penseurs de Rotin veulent imposer à tous, et tant pis (ou même tant mieux dans  leur optique) si cela casse des appareils, si cela casse des êtres humains. Allons-nous, sans réagir, les laisser faire ?
     

    JC

  • Commentaires

    1
    Dimanche 30 Octobre 2016 à 04:36
    Pour ajouter à cette masse de radiations électromagnétiques qui voyageront à travers les câbles électriques de votre logement, il faudra ajouter (mais ENEDIS se garde pour le moment d'en faire publicité) que le branchement ultérieur des modules ERL va considérablement augmenter le nombre d'impulsions, puisqu'ils vont dialoguer avec les Linky sur lesquels ils seront branchés, ils vont à la fois pouvoir être commandés par une sorte de zappette, et provoquer le départ ou l'arrêt de certains appareils dans le plus "pur" style domotique. Ils permettront aussi de compléter le profilage de votre courbe de charge (la façon dont vous utilisez votre courant dans une journée comme dans un mois, un an). Le nombre d'impulsions CPL en sera largement multiplié. La possibilité de passage des organismes dans la catégorie "hyper-électrosensibles" le sera tout autant, par effet de seuil.

    "ENEDIS est un opérateur de BIG DATA", c'est Philippe Monboulou qui le dit. Cela lui laisse même le temps, en plus, de distribuer du courant.
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :