• Notre ami Stéphane Lhomme que l'on ne présente plus a pris la peine de recueillir un travail énorme pour nous le transmettre.

    Ce travail a été effectué par l'un des premiers maires qui furent attaqués pour avoir OSÉ refuser les capteurs Linky, José Mercier, maire de Bovel ; et par Henri Cohen, un électricien avec 40 ans d'expérience.

    Voilà. Ce document est une compilation de jugements, d'explications techniques... si vous-mêmes, comme la plupart d'entre nous, risquez de perdre pied, sur la base de tous ces travaux vous pouvez développer avec l'aide d'un avocat une défense en béton. Cela concerne principalement les normes permettant de poser selon les règles un nouvel appareil électrique.

    https://ti1ca.com/bq1xhum2-kit-en-defense-fusionne-sur-la-base-du-rsd-v20-kit-en-defense-fusionne-sur-la-base-du-rsd-v20.pdf.html

    Bonne lecture !


    votre commentaire
  • Bonjour.

    Cette conférence qui a eu lieu à Poitiers en 2017 a été supprimée de YouTube (comme souvent), pour le cas où des amis souhaiteraient la voir ou la revoir, merci de nous contacter afin de récupérer le fichier par un autre moyen. Elle est à la fois sous-titrée, et doublée pour le langage des sourds.

     

    Conférence de Stéphane Lhomme à Poitiers – y compris pour malentendants

     Un correspondant me signale qu'elle est actuellement à cette adresse :

    https://www.youtube.com/watch?v=7W41yI5MMgg&feature=youtu.be

    Jusqu'à quand ?

    44contrelinky@gmail.com


    2 commentaires
  • Pour créer des voitures électriques, il faut créer dans le même temps autant de pollution que dans toute une vie de voiture classique, mais au moment de la fabrication. Cela pourrait se compenser en roulant "comme un dingue" comme dirait un homme politique actuel, or la voiture électrique ne peut nous aider que pour des trajets relativement courts avant de passer à la recharge, donc à sa prise en charge financière et douloureuse par le Linky.

    Pour comparer, un seul gros navire contenant des centaines de milliers de gadgets pour la plupart inutiles provenant d'Asie, pollue autant que des dizaines de milliers de voitures. Lui, aura un fuel détaxé pour avancer. Pas bien.

    On pourra aussi remarquer que selon un article récent, de plus en plus le pétrole extrait en particulier par le continent nord-américain (pétrole schisteux) à prix d'or est léger, donc impropre à la consommation des gros pollueurs (cargos, porte-conteneurs) qui utilisent un fioule très lourd. En revanche le pétrole vénézuélien est beaucoup plus lourd, d'où la tentation américaine de mettre le grappin dessus. Ce pétrole lourd est aussi celui qui est utilisé dans les centrales thermiques au fioule. En raison des embargos US unilatéraux, il est difficile de s'en procurer. Donc la voiture électrique dépend des centrales nucléaires en France, celles dont ne sait pas comment s'en débarrasser quand elles ont atteint leur durée de vie raisonnable.

    La voiture électrique... les plus riches l'achèteront parce que ce sera la mode, les pauvres continueront à utiliser tant bien que mal leurs vieux véhicules dont, le plus souvent, ils ne peuvent se passer. La structure des villes, et des villages désertés par tous les services publics, l'impose. Quand les gens sans le sou seront privés de ces vieilleries par des contrôles techniques vicieux et casse-matériel,  il ne restera que le suicide. La fréquence de celui-ci redoublera.

    Notre Terre aura moins de pollution humaine, mais il n'y aura plus d'humains. Sans doute est-ce ce que veulent ceux qui ont construit le monument de Georgia (États-Unis). Ce n'est pas une fiction, même Wikipedia le relate. Se retrouver avec cinq cents millions d'humains sur toute la terre, c'est un énorme retour en arrière. Sans doute alors les heureux survivants se déplaceront-ils en calèche. Ou alors, pire encore,  cela rappellera le monde bizarre décrit par Isaac Asimov dans Face aux feux du soleil... Ne restera alors qu'à peaufiner la néantisation de l'humain dans Terre et Fondation.

     

    https://www.youtube.com/watch?time_continue=1&v=9ddKHz389-s


    1 commentaire
  • Nos amis des associations et collectifs sur le plan national ont bien travaillé : voici grâce à Serge de Next Up, Henri de Locmaria Plouzané, Patrice de Robin des Toits Midi-Pyrénées, et d'autres sans doute, une courte synthèse qui conforte totalement notre billet du 12 octobre.
     

    Merci BEAUCOUP à eux tous.




    Comptage puissance : le système de comptage connecté Linky est un escroquerie, la preuve.
     Surconsommation :  Le système de comptage connecté Linky est énergivore, la preuve



    L'arnaque est énorme, et à plusieurs niveaux.


    Une des plus grosses et indépendamment du comptage du réactif:


    Sachant pour simplifier que P=UI, à P donné, si U augmente, I baisse.
    (P = puissance en watts, U = différence de potentiel en volts, I = intensité en ampères)

    D'après M. Leroutier d'ENEDIS, Linky coupe à 1,3 Puissance  souscrite, avec un délai de 10 secondes.


    On sait qu'il ment: la coupure se fait à Puissance  souscrite et à 0 seconde + epsilon.
    (cela a été vérifié par des essais très clairs, ce ne sont pas des paroles en l'air)


    Mais le pire est que la valeur de Pcoup ???? est  configurée dans  Linky pour une tension de 220V


    Or dans la vraie vie, et surtout en agglomération, la tension de livraison est autour de 235/240V, et de ce fait l'intensité capable de transiter est plus faible. C'est d'autant plus gênant que la consommation des appareils électriques est à intensité constante. Donc à intensité consommée donnée, un compteur Linky facturera une puissance consommée supérieure.


    Remarque: le pouvoir de coupure d'un interrupteur fait référence, non à la puissance au delà de  laquelle il est censé s'ouvrir, mais à sa capacité à s'ouvrir sur défaut électrique. On l'appelle aussi puissance de court circuit.


    Exemple: un AGCP (Appareil Général de Coupure Primaire ) (ce qu'on appelle généralement le disjoncteur principal) a une intensité de court circuit de 2000 Ampères, donc il est capable de s'ouvrir même sur un courant de défaut proche de 2000A.
    L'intensité de court circuit du breaker (interrupteur interne) linky est seulement de 100Ampères !!! (chambres de coupures faiblement dimensionnées).


    L'AGCP est calibré en Ampère, donc pour l'usager c'est plus équitable


    Au final: le breaker de Linky, à une puissance de coupure correspondant à la puissance souscrite, et joue le rôle de fusible pour ça, plus une coupure possible à distance (sur la phase uniquement si c'est correctement monté : sinon c'est sur le neutre). L'AGCP continuera à assurer une protection sur courant de défaut, mais avant qu'il s'ouvre, les contacts du breaker peuvent amorcer.


    Formidable


     
    Pour illustrer ce texte, pourquoi ne pas proposer cette courte vidéo généreusement proposée par Next Up ? C'est édifiant !
    https://videos2.next-up.org/ENEDIS_Repond.html


    votre commentaire
  • On se souvient de ce minuscule bidule, la résistance sur laquelle un mini-ordinateur de bord calcule  la consommation du réseau domestique placé en aval.


      

     
    L'arnaque sur l'unité
     
    Ce système, par construction même, compte la consommation en kilo-voltampères (KVA)
     
    Un newton est la force capable de communiquer à une masse de 1 kilogramme une accélération de 1 m/s². Il faut donc 1 newton pour augmenter la vitesse d'une masse de 1 kg de 1 m/s à chaque seconde. Cette unité dérivée du Système international s'exprime en unités de base ainsi :
      
     
     
    où s est le symbole de la seconde
     
    L'ampère est l'intensité d'un courant constant qui, maintenu dans deux conducteurs parallèles, rectilignes, de longueur infinie, de section circulaire négligeable et placés à une distance de un mètre l'un de l'autre dans le vide produirait entre ces conducteurs une force égale à 2 × 10-7 newton par mètre de longueur.  (euh bon, pas si simple : relisez)

    Pour le volt :
      

      
    Traduisons : un volt égale UN kilogramme déplacé (fictivement quand on parle d'électricité) de UN mètre en UNE seconde, et divisé par UN ampère qui est multiplié par UNE seconde au cube : tous ces termes sont les unités de base du SI.
     
    1 watt-heure (Wh) = 3 600 J = 3,6 kJ(c'est une unité de travail, donc d'énergie consommée)
     
    1 kilowatt-heure (kWh) = 1 000 Wh = 3,6 MJ
      
    Dans le SI (système international) le volt-ampère n'existe pas. Il est cependant employé par le CAPTEUR Linky parce qu'il ramasse tout ce qui passe dans la fameuse résistance. Y compris les courants induits, les ondes développées par les fils du circuit domestique et les appareils qui y sont branchés.
     
     
    Dans les compteurs classiques, la roue qui tourne ne tient compte que du travail réellement utilisé, et non des inductions et capacités (bobines et condensateurs) qui composent un vrai circuit qui fonctionne. Cette différence est matérialisée par un coefficient Phi caractéristique de chaque appareil. Comme les fournisseurs de courant ne peuvent travailler à perte en permanence, ce coefficient est ajouté de façon fixe et standardisée à la consommation réelle.
     
     
    Le CAPTEUR Linky le surajoute donc, en fonction des appareils en fonctionnement, à une consommation majorée déjà. Mais comme personne n'y pense....
     
     
    Avec les appareils complexes récents, ce coefficient peut aller jusqu'à 20, 30% voire plus, le pire étant certaines lampes. La différence n'est pas du tout négligeable.

     
    L'arnaque sur le courant
     
    Le CAPTEUR Linky comporte un ordinateur, certes tout petit, ainsi qu'un émetteur de suroscillations du courant de base à 50 périodes par seconde. Ces suroscillations consomment un courant supplémentaire, pour créer des mini-ondes dans la gamme des 75 000 hertz, pulsées par salves nombreuses. Comme ces suroscillations, dans un conducteur non blindé, même pas torsadé le plus souvent, transforment le conducteur en antenne, les ondes produites ajoutent encore à la consommation de courant.
     
    C'est bien entendu un certain nombre de fois par jour le rapatriement vers le concentrateur de toutes les modifications et consommations depuis le dernier relevé. Mais c'est aussi à intervalles rapprochés un jeu de questions-réponses entre ce concentrateur et les CAPTEURS, du genre « C124, es-tu là ? – Je suis là ! ». On appelle cela les PING, qui durent quelque 150 millisecondes à chaque fois, plusieurs fois par minute. Ces échanges presque continuels consomment du courant. on parle de 2 W au repos et bien plus en fonctionnement, et bien entendu c'est facturé. En plus, on vous facture un courant sale, qui déglingue les appareils et les êtres vivants, mais bien entendu Enedis n'est pas responsable.

     
    L'arnaque sur le contrat
     
    La plupart des appareils, quand on les allume, présentent un pic de consommation bref (une seconde, voire moins), mais de deux à dix fois la consommation normale, régularisée. Monsieur Linky n'apprécie pas : si cela dépasse le contrat prévu, il coupe immédiatement. Or le simple fait de passer du watt au voltampère réduit ce contrat sans le dire. Normalement le disjoncteur principal, d'ailleurs plombé pour qu'on ne le bricole pas, est réglé sur 30, ou 45, ou 60 ampères. Souvent c'est 30 chez le particulier. Or 30 ampères multiplié par 230 volts donnent la puissance admissible, soit 6900 watts.
     
    Stop, stop, stop, le CAPTEUR dit : votre contrat est de 6000 watts (il pense en voltampères, mais cela ne le gêne pas). Ajoutez les consommations annexes, les pertes radioélectriques dont il tient compte, la consommation du CAPTEUR lui-même, votre contrat sans avoir eu le moindre avenant se retrouve de fait à quelque 5600 ou 5700 watts admissibles : ce n'est pas du tout pareil !
     
    Conclusion, à moins de réussir à canaliser drastiquement vos dépenses électriques, vous êtes amené à solliciter (!) le contrat supérieur (25% de plus au niveau de la facture fixe, au moins). Enedis, si vous réclamez, assurera : je n'y suis pour rien, assumez vos consommations !
     
    Certes, toutes ces notions sont un peu compliquées, ce qui est bien pratique pour jeter de la poudre aux yeux. Il est pourtant nécessaire d'y voir un peu plus clair. Espérons que les explications auront été assez logiques pour un profane. Bonne lecture !
     


    JC
    (qui pour l'occasion a exhumé ses notions d'électricité de première, en 1965 : merci d'être indulgents !)


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique